Impact d’un traitement physiothérapie par reconstruction posturale sur 7 patients présentant un syndrome du canal carpien sévère sans signes d’amyotrophie

L’impact d’une physiothérapie par reconstruction posturale est évalué sur sept patients (dix mains) présentant un syndrome du canal carpien avec une symptomatologie persistante ou sévère sans signe d’amyotrophie. L’atteinte est unilatérale pour quatre patients et bilatérale pour trois. Une indication opératoire a été posée pour tous les patients. Les patients inclus dans cette étude répondent à des critères d’éligibilité prédéfinis.

Le chirurgien pose le diagnostic (en s’appuyant sur les résultats d’un examen d’électromyographie) et l’indication opératoire, puis réalise des tests spécifiques de provocation. Il propose aux patients éligibles un traitement conservateur par reconstruction posturale et diffère l’intervention de six semaines. Le kinésithérapeute réalise une évaluation clinique portant sur les manifestations neurologiques, le nombre de réveils nocturnes, le retentissement fonctionnel et une mesure de la force.

Chaque patient bénéficie de cinq séances à raison d’une séance par semaine. A chaque séance, trois inductions statiques de la main sont implémentées pour chaque patient.

Le chirurgien réévalue à l’aveugle les patients la semaine qui suit la fin de l’intervention conservatrice et décide de la pertinence, à ce stade, de l’indication opératoire.

Six mois après la fin de l’intervention par reconstruction posturale, le kinésithérapeute et le chirurgien réalisent une seconde évaluation clinique et un nouvel examen d’électromyographie lorsque l’amélioration persiste. A l’issue des cinq séances, huit mains sur les dix sont améliorées.

À six mois, cinq mains ne sont pas opérées. Sur ces cinq mains, deux ne sont plus étiquetées comme souffrant d’un syndrome du canal carpien.

Auteur Elisabeth FAYOL
Date 2013
Document à télécharger